Paris I Lille I Lyon

Business Games : entretien avec Eric Fabre, président de l’association Black Stars International 

L’association Black Stars International : 

Créée par Eric Fabre en 1983, les Black Stars International est une association ayant pour but, via le football, de développer les relations d’amitié et les échanges entre les populations des différentes régions du monde (Afrique, Dom-Tom, et la France Métropolitaine). 

Première institution du genre, le Black Stars est la réunion d’anciennes stars internationales du football qui œuvrent pour la compréhension inter-peuples à travers le sport. Elle prête son image et ses talentueux joueurs à des causes caritatives à travers de nombreux événements en France et à l’international depuis maintenant 39 ans. 

Parmis les joueurs et sympathisants du blacks stars figurent des légendes du sport telles que Yannick NOAH, Marcel DESSAILLY, Zinédine ZIDANE, Antoine KOMBOUARE, Bernard MENDY, Florent MALOUDA, Sylvain WILTORD, Patrice EVRA, George WEAH, Paulo Cezar « Caju » LIMA et bien d’autres. 

“ Nous encourageons à la pratique du sport et notamment du football en France Métropolitaine, dans les Départements et Territoires d’Outre-Mer, ainsi qu’en Afrique Francophone, afin de favoriser l’amitié et la compréhension entre les personnes, sans distinction de culture, de race et de confession. Fiers de nos différences et riches de nos cultures » Eric Fabre à propos de son association. 

Les business games de l’ISG Sport Business Management :

Les business games de l’ISG Sport Business Management sont des compétitions lors desquelles nos étudiants sont challengés par des acteurs du sport business (entreprises, clubs, start-ups, agences, etc) sur une problématique business le temps d’une semaine. En équipes, nos étudiants présentent leurs recommandations stratégiques devant un jury au terme de cette semaine de challenge. 

A l’ISG Sport Business Management, nous mettons la priorité sur la pédagogie “en mode projets”. La mise en place de semaines de compétitions permet à nos étudiants de travailler sur des sujets concrets proposés par de vrais clients, d’appréhender le travail en groupe, de développer des compétences professionnelles clés pour le secteur, d’accompagner ces étudiants vers la professionnalisation dans leurs études et enfin de les aider à bâtir un réseau professionnel en se démarquant auprès de nos partenaires. 

Lors de cette compétition professionnelle, nos étudiants ont été mis au défi par Eric Fabre et son association Black Stars International de créer des propositions événementielles pour l’anniversaire des 40 ans de l’association qui aura lieu en 2023. 

Notre entretien avec Eric Fabre, Président de l’association Black Stars International :

Eric Fabre, président de l'association Black Stars International
Eric Fabre

Bonjour Eric Fabre, présentez-vous en quelques mots. 

Je suis le président de l’association Black Stars International que je représente aujourd’hui pour les business games de l’ISG Sport Business Management. Les Black Stars existent depuis maintenant 39 ans et nous sommes fiers de ses réussites. 

Vous êtes le président de l’association Black Stars International, pouvez-vous nous raconter l’histoire de la création de cette association ? 

C’est tout à fait simple : j’ai grandi en Bretagne et je suis venu à Paris quand j’ai vu ce foisonnement dans les années 80 des sportifs de haut niveau africains et antillais. A ce moment-là, le sport était un vecteur majeur de visibilité pour nous (les africains / antillais). Il fallait s’y accrocher, nous avons donc créé l’association en lui donnant le nom Black Stars, avec un logo composé de 5 étoiles noires, représentant les 5 continents. 

Quelles sont les valeurs que défend les Black Stars ?

Les Blacks Stars défendent les valeurs du sport avec en numéro #1 le respect. Viens ensuite la camaraderie, la fraternité et le vivre ensemble qui est très important pour la cause que nous défendons. 

Parlez-nous de vos tournois. Quels sont les objectifs de ces compétitions ?

L’objectif est d’abord de se retrouver autour d’un événement sportif pendant 48 heures. Les sportifs viennent d’horizons différents, se retrouvent et défendent nos valeurs en créant des souvenirs marquants pour le public. Nous sommes souvent sollicités pour mettre nos légendes du sport au service de différentes associations caritatives afin d’œuvrer pour l’abnégation et le vivre ensemble. J’aimerais par ailleurs remercier tous les anciens footballeurs qui participent gracieusement à ces opérations et sans qui le Black Stars n’existerait pas. 

Vous avez animé les Business Games de l’ISG Sport Business Management à Paris, quel était l’objectif de ce challenge pour les étudiants ? 

Ces business games sont très importants pour nous et très intéressants pour les étudiants. J’ai été étudiant moi aussi, et à mon époque il n’y avait pas de projets comme celui-ci, aussi concret et nous permettant de nous impliquer à ce point. Ce projet leur permet de développer leurs compétences et de nous donner des clefs pour nous aider dans la mise en place de notre tournoi d’anniversaire (l’association fête ses 40 ans l’année prochaine – ndlr). 

Comment les propositions des étudiants vont-elles aider l’association ?

Les propositions des étudiants vont beaucoup nous aider. Ici on a cette opportunité de rencontrer des jeunes qui ont envie de réussir et qui ont cette passion pour le secteur du sport. En leur présentant notre problématique, nous avons travaillé ensemble sur des solutions qui vont nous aider et nous accompagner dans la mise en place de cet événement. Cette semaine de compétition leur a beaucoup appris, je pense donc que ce projet était autant intéressant pour eux que pour nous. 

Avez-vous un message à faire passer aux futurs talents du sport business ? 

Tant que l’arbitre n’a pas sifflé la fin de la partie, le match continue ! Leur cursus n’est pas terminé, il faut qu’ils continuent de s’accrocher et continuer dans ce secteur qui les passionne. Les projets comme les Business Games auxquels ils participent chaque année est une magnifique opportunité de se valoriser. De nos jours, il faut absolument se démarquer car personne ne viendra les chercher. C’est donc à eux de s’accrocher et je suis sûr qu’ils vont tous arriver à s’épanouir dans ce secteur s’ ils continuent sur cette voie. 

Partagez cet article